jeudi 29 juillet 2010

Prof de français, moi?

Et bien figurez-vous que cela a du bon de faire du stop.
Oui, je sais vous allez me dire "mais noooon, c'est dangereux de faire du stop"...
Il faut savoir qu'ici c'est un moyen de transport tout à fait commun, et tout le monde se connait.
Bref, le sujet du jour n'est pas là.

Hier, pour redescendre de ma journée de ski, j'ai gentiment demandé à une famille de me faire une petite place dans leur auto. A l'arrière, 2 petites filles d'une douzaine d'années. L'une est fanatique de la France, d'Amélie Poulain et de la Tour Eiffel. Son rêve: aller un jour à Paris...
Bref, un trajet très familial, très sympathique...

Et voilà qu'aujour'dhui je recroise la petite famille et la maman de Clara qui me demande si je veux bien donner des cours de français à sa fifille chérie...
Numéros de téléphone et e-mails échangés, me voilà avec une première élève...

Je ne sais pas encore bien comment je vais m'y prendre mais bon... J'ai saisi l'opportunité de toutes façons...

Merci la vie!

aaaah la montagne...

Hier soir j'ai passé une très belle soirée. Premièrement, j'ai retrouvé une bonne partie du groupe d'amis avec lesquels j'avais passé pas mal de temps lors de ma première visite et deuxièmement, c'était une soirée de chants dits de « guérison ». Des chants d'amour et de remerciements à la Pachamama (la Mère-Terre »), des chants pour ouvrir le coeur et tranquiliser l'esprit. Tous ensemble , une bonne vingtaine de personnes chantant près d'un feu de cheminée. C'était beau.
De cet endroit merveilleux tout près du Rio Azul, je suis partie ce matin à 9h30 direction les pistes de ski du Cerro Perrito Moreno, à quelques kilomètres de là.
Et j'ai vraiment bien profité de ma première journée de ski de l'année. La station est toute petite ici, mais du coup, les pistes, juste pour une vingtaine de skieurs. Une neige parfaite, fraîchement tombée, et un paysage à vous couper le souffle... Un vrai bonheur.

Malheureusement je n'avais pas mon appareil photo sur moi... Mais qu'à cela ne tienne, j'y retourne samedi pour fêter l'anniversaire d'un ami.

lundi 26 juillet 2010

El dia Fuera del tiempo - Le jour hors du temps



Aujourd'hui dimanche 25 juillet, nous avons fêté à Wunjo, le jour hors du temps. La journée en trop dans le calendrier.

Si l'on considère qu'une année terrienne correspond à 13 cycles complets de lunes (un cylce de lune comptant 28 jours), cela nous amène à 1 année = 364 jours. Il y a donc un jour qui existe dans le calendrier, mais pas dans la réalité. Et ce jour hors du temps, c'est aujourd'hui, à la 7ème pleine lune.
Bref, tout ça pour dire qu'on a encore trouvé une bonne occasion de se retrouver tous ensemble pour faire la fête! Pour moi c'était aussi mon grand retour après ces deux mois passés en Europe.
Ce que j'aime ici, c'est que faire la fête, c'est un peu comme retourner en colo...
On fait un grand feu dehors, on mange une gigantesque soupe et on goûte les mets les plus originaux apportés par chacun. Aujourd'hui, une sublime découverte: le riz au citron. Je n'ai pas la recette précise, mais d'après ce que j'ai pu glaner comme informations, c'est simplement du riz cuit dans une eau additionnée de jus de citron et sur lequel on ajoute en fin de cuisson, quelques zestes coupés finement. Un délice!
Et puis, viennent les jeux. Jeux en cercles, jeux en groupes, déguisements, chants, cris. Grands et petits se mélangent et l'âge n'a plus d'importance. On rie tant qu'on peut, et il n'y a plus de jugements, plus de pensées négatives, plus de timidité. Nous sommes effectivement hors du temps, hors du monde, hors des soucis, hors du stress, hors des peurs. Nous sommes là, présents, amusés, relaxés, de bonne humeur et ensemble.

video

Et puis vient le goûter, tartes et gâteaux tous plus merveilleux les uns que les autres, bien sûr accompagnés d'un bon maté.
Et même si demain c'est lundi et que demain, il faut reprendre le travail – pour moi c'est le commencement de ma serre – aujourd'hui, c'était bon!












Bonne semaine à tous!

vendredi 23 juillet 2010

J'avais oublié....

J'avais oublié comme ce lieu est magique!
Non seulement par la beauté de ses paysages, par la pureté de son air, par l'hospitalité de ses habitants, mais surtout par l'incroyable fluidité des choses et des évènements.
C'est incroyable comme ici, les coïncidences deviennent évidences, comme les rêves se réalisent, comme les rencontres sont riches...
J'avais oublié qu'El Bolsón était une porte grande ouverte sur le "grand-tout".

Je me rappelle à présent que lorsque je suis arrivée ici la première fois, en Février de cette année, plusieurs personnes m'avaient dit "fais attention à ce que tu demandes à l'univers, ici il t'écoute et les choses arrivent plus vite et plus fort que tu ne l'!magines".
J'avais pu en effet le vérifier par moi-même, ne serait-ce qu'en ayant trouvé si facilement le terrain de mes rêves, en ayant rencontré des gens qui construisent leur propre maison en bio-construction, qui se réunissent autour d'un feu pour jouer de la musique et faire la fête, et tant d'autres détails qui correspondaient à mes rêves profonds.

Et voilà une petite semaine que je suis de retour.
Le temps d'attérir, le temps de me souvenir, le temps de réapprendre à lâcher-prise, à avoir confiance en la vie et à me ré-ouvrir aux possibles...

Lorsque je suis arrivée samedi soir, après 2 jours de voyage assez fatigants, je n'avais qu'une envie. Retrouver ma petite maison dans l'état dans lequel je l'avais laissée, prête à m'accueillir, douillette...

Mais ici, plus que partout ailleurs, les choses ne se passent jamais comme on les a prévues.
Et ici, plus que partout ailleurs, tout est parfait comme ça.


Quand j'ai ouvert la porte, ma petite maisonnette était habitée (et pas aussi propre que je l'avais laissée!).
Peu de temps après moi, arrive un homme barbu, petit, au visage fort sympathique.
A voir nos visages mutuels, il semblait que la même question nous soit venue à l'esprit à ce même moment "mais qu'est-ce que vous faites dans ma maison?!".

Comme cela se fait beaucoup ici, en hiver, lorsque les plus "fortunés" s'en vont en voyage, les autres restent et s'occupent des maisons vides, nourrissent les animaux sur place, vérifient que tout se passe bien pendant l'absence des propriétaires.
Oscar avait donc été chargé par mes voisins proches de s'occuper de leur maison, et habitait pour ce faire la "casita".
Présentations faites, et les détails pratiques réglés, nous avons parlé pendant des heures, et nous sommes trouvés une quantité de points communs (ou complémentaires) assez incroyable. Oscar, 54 ans, est journaliste et organise un atelier de communication qui va commencer bientôt au centre communautaire de Mallin. Il est également amoureux de la laine et file la laine patagone avec une quenouille traditionnelle en bois. Il est en train de construire sa maison à quelques minutes de chez moi, aidé par son fils aîné.
Résultat, je participe de façon informelle à l'organisation de son atelier de communication, nous avons l'idée de faire un atelier commun de laine, assemblant nos connaissances respectives (filage, teintures naturelles, tricot, tissage...) et bien sûr nous comptons nous entraider pour les travaux de construction, comme cela se pratiquait déjà dans les années 70 quand il est arrivé là et comme cela se perpétue toujours sous forme de "mingas" (voir mon article précédent "Les Mingas")
Et comme une bonne surprise ne vient jamais seule, Oscar est ami de longue date avec Jorge Belanko, "The" Expert en construction naturelle de la région. Celui-là même dont j'ai vu la vidéo pendant ma formation de Permaculture en Espagne et qui m'a donné l'envie de venir par ici... Ainsi donc dans quelques mois, je devrais rencontrer ce grand personnage pour lequel j'ai une certaine admiration.
Et puis ce matin, Oscar m'a accompagnée à la pépinière de Mallin pour voir quels sont les arbres que je peux planter sur mon terrain pour reboiser avec une végétation native. Et nous avons entre autres rencontré Juan...
Pour la petite histoire, avant de partir en Mai, on m'avait parlé de Juan parce que je cherchais un professeur de guitarre... Et justement en allant à la pépinière, j'ai fait sa connaissance... Et ainsi va la vie, ici à Mallin...de hazards en coïncidences et de rencontres en évidences...

Comme vous pouvez le constater, je me porte bien et je m'émerveille chaque jour de ce que la vie m'offre...
Et j'espère que la magie arrivera jusqu'à vous.